Les premières théories sur les causes du cancer

Publié le : 23/05/2020 16:24:06
Catégories : Histoire Cancer

Les premières théories sur les causes du cancer

Dès les premiers temps, les médecins se sont posés des questions sur les origines du cancer. Les anciens Égyptiens considéraient que les cancers étaient imputés aux dieux.

La théorie humorale


Hippocrate pensait que le corps avait 4 humeurs (fluides corporels) : le sang, le flegme, la bile jaune et la bile noire.Lorsque les humeurs étaient équilibrées, une personne se portait en bonne santé. La croyance voulait que trop ou pas assez d'humour provoquait la maladie. On croyait qu'un excès de bile noire à divers endroits du corps entraînait le cancer. Cette théorie du cancer a été transmise par les Romains et a été intégrée dans l'enseignement médical de l'influent docteur Galen, qui est demeuré la norme incontestée durant tout le Moyen Âge, pendant plus de 1 300 ans. Pendant cette période, l'étude du corps, y incluant les autopsies, était interdite pour des motifs religieux, ce qui restreignait le progrès des connaissances médicales.

La théorie de la lymphe


Une des théories qui a remplacé la théorie humorale du cancer fut la formation du cancer par un autre fluide organique, la lymphe. On pensait que la vie était faite de mouvements constants et appropriés des parties fluides du corps à travers les parties solides. De tous les fluides, les principaux étaient le sang et la lymphe. Stahl et Hoffman ont théorisé que le cancer était composé de lymphe en fermentation et en dégénérescence, dont la densité, l'acidité et l'alcalinité variaient. La théorie de la lymphe a été très rapidement soutenue. John Hunter, le chirurgien écossais des années 1700, a admis que les tumeurs se développent à partir de la lymphe constamment rejetée par le sang.

La théorie du blastema


En 1838, le pathologiste allemand Johannes Muller a prouvé que le cancer est composé de cellules et non de lymphe, mais il pensait que les cellules cancéreuses ne découlaient pas de cellules normales. Muller a proposé que les cellules cancéreuses se soient développées à partir d'éléments bourgeonnants (blastes) entre des tissus ordinaires. Son étudiant, Rudolph Virchow (1821-1902), le fameux pathologiste allemand, a déterminé que la totalité des cellules, y compris les cellules cancéreuses, sont issues d'autres cellules.

La théorie de l'irritation chronique


Virchow a proposé que les irritations chroniques étaient la raison du cancer, mais il a cru à tort que les cancers "se propagent comme un fluide". Dans les années 1860, le chirurgien allemand Karl Thiersch a montré que les cancers se métastasent par la diffusion de cellules malignes et non par un liquide non identifiable.

La théorie des traumatismes


En dépit des progrès accomplis dans la compréhension du cancer, de la fin des années 1800 jusqu'aux années 1920, quelques-uns pensaient que les traumatismes provoquaient le cancer. Cette croyance a été conservée malgré le fait que les blessures ne causaient pas de cancer chez les animaux de laboratoires.

La théorie des maladies infectieuses


Zacutus Lusitani (1575-1642) et Nicholas Tulp (1593-1674), deux médecins hollandais, ont conclu quasiment en même temps que le cancer est contagieux. Ils ont fait cette conclusion sur la base de leurs expériences du cancer du sein chez les membres d'un même foyer. Lusitani et Tulp ont fait valoir la théorie de la contagion en 1649 et 1652, respectivement. Ils ont suggéré que les patients atteints de cancer soient isolés, de préférence en marge des villes et des villages, dans le but de prévention de la propagation du cancer.

Tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, certains ont cru que le cancer était transmissible. En réalité, le premier hôpital spécialisé dans le traitement du cancer en France a été contraint de quitter la ville en 1779, car les gens craignaient que le cancer ne se répande dans toute la ville. Bien que le cancer humain ne soit pas contagieux en soi, nous avons appris que divers virus, bactéries et parasites peuvent accroître le risque de développer un cancer.

Source : cancer/org