Cancer de la Peau Mélanome : introduction - causes et facteurs de risque

Publié le : 20/01/2020 21:46:29
Catégories : Cancer-Chimio

Cancer de la Peau Mélanome  : introduction - causes et facteurs de risque

Rappel: cet article ne dispense en rien d'un avis médical. Article informatif. 

Le mélanome est moins fréquent que certains autres types de cancer de la peau, mais il est plus susceptible de se développer et de se propager. Si vous êtes atteint d'un mélanome ou si vous êtes proche d'une personne atteinte, savoir à quoi vous attendre peut vous aider à faire face. Vous trouverez ici toutes les informations sur le mélanome, notamment les facteurs de risque, les symptômes, la façon dont il est détecté et le traitement dont il fait l'objet.

À propos du cancer de la peau du mélanome

Si vous avez reçu un diagnostic de cancer de la peau avec mélanome ou si cela vous inquiète, vous avez probablement beaucoup de questions. Apprendre quelques notions de base est un bon point de départ. 

Qu'est-ce qu'un mélanome, un cancer de la peau ?
Le mélanome est un type de cancer de la peau qui se développe lorsque les mélanocytes (les cellules qui donnent à la peau sa couleur bronzée ou brune) commencent à se développer de manière incontrôlée.

Le cancer se développe lorsque les cellules de l'organisme commencent à se développer de manière incontrôlée. Les cellules de presque toutes les parties du corps peuvent devenir cancéreuses et peuvent ensuite se propager à d'autres parties du corps. Pour en savoir plus sur le cancer et sur la façon dont il commence et se propage, voir Qu'est-ce que le cancer ?

Le mélanome est beaucoup moins fréquent que certains autres types de cancers de la peau. Mais le mélanome est plus dangereux car il risque beaucoup plus de se propager à d'autres parties du corps s'il n'est pas détecté et traité à temps.

Où les cancers de la peau commencent-ils ?
La plupart des cancers de la peau commencent dans la couche supérieure de la peau, appelée épiderme. Il existe trois principaux types de cellules dans cette couche :

  • Les cellules squameuses : Ce sont des cellules plates situées dans la partie supérieure (externe) de l'épiderme, qui sont constamment éliminées lorsque de nouvelles se forment.
  • Les cellules basales : Ces cellules se trouvent dans la partie inférieure de l'épiderme, appelée couche cellulaire basale. Ces cellules se divisent constamment pour former de nouvelles cellules qui remplacent les cellules squameuses qui s'usent à la surface de la peau. En remontant dans l'épiderme, ces cellules s'aplatissent et finissent par devenir des cellules malpighiennes.
  • Mélanocytes : Ce sont les cellules qui peuvent devenir des mélanomes. Elles fabriquent normalement un pigment brun appelé mélanine, qui donne à la peau sa couleur bronzée ou brune. La mélanine protège les couches profondes de la peau contre certains des effets néfastes du soleil.

L'épiderme est séparé des couches plus profondes de la peau par la membrane basale. Lorsqu'un cancer de la peau devient plus avancé, il se développe généralement à travers cette barrière et dans les couches plus profondes.

Cancers de la peau avec mélanome
Le mélanome est un cancer qui commence dans les mélanocytes. Ce cancer est également appelé mélanome malin et mélanome cutané. La plupart des cellules de mélanome fabriquent encore de la mélanine, de sorte que les tumeurs de mélanome sont généralement brunes ou noires. Mais certains mélanomes ne fabriquent pas de mélanine et peuvent apparaître roses, bronzés ou même blancs.

Les mélanomes peuvent se développer n'importe où sur la peau, mais ils sont plus susceptibles de commencer sur le tronc (poitrine et dos) chez les hommes et sur les jambes chez les femmes. Le cou et le visage sont d'autres sites courants.

Le fait d'avoir une peau très pigmentée réduit le risque de mélanome à ces endroits, mais tout le monde peut avoir un mélanome sur la paume des mains, la plante des pieds ou sous les ongles. Les mélanomes dans ces zones représentent une part beaucoup plus importante des mélanomes chez les Afro-Américains que chez les Européens.

Les mélanomes peuvent également se former dans d'autres parties de votre corps, comme les yeux, la bouche, les organes génitaux et la région anale, mais ils sont beaucoup moins fréquents que les mélanomes de la peau.

Le mélanome est beaucoup moins fréquent que certains autres types de cancer de la peau. Mais le mélanome est plus dangereux car il risque beaucoup plus de se propager à d'autres parties du corps s'il n'est pas détecté et traité à temps.

Causes, facteurs de risque du cancer de la peau mélanome

Renseignez-vous sur les facteurs de risque de cancer de la peau mélanome et sur ce que vous pourriez faire pour réduire votre risque.Un facteur de risque est tout ce qui augmente votre risque de contracter une maladie telle que le cancer. Les différents cancers ont des facteurs de risque différents. Certains facteurs de risque, comme le tabagisme et l'exposition excessive au soleil, peuvent être modifiés. D'autres, comme votre âge ou vos antécédents familiaux, ne peuvent pas être modifiés.
Avoir un facteur de risque, ou même plusieurs facteurs de risque, ne signifie pas que vous aurez un mélanome. De nombreuses personnes présentant des facteurs de risque ne développent jamais de mélanome. Et certaines personnes qui l'attrapent peuvent avoir peu ou pas de facteurs de risque connus.Néanmoins, il est important de connaître les facteurs de risque du mélanome, car il existe peut-être des moyens de réduire le risque d'en être atteint. Si vous êtes plus à risque en raison de certains facteurs, vous pouvez également prendre des mesures pour le détecter rapidement, lorsqu'il sera probablement plus facile à traiter.Plusieurs facteurs de risque peuvent rendre une personne plus susceptible de développer un mélanome.

  • Exposition aux rayons ultraviolets (UV)

L'exposition aux rayons ultraviolets (UV) est un facteur de risque majeur pour la plupart des mélanomes. La lumière du soleil est la principale source de rayons UV. Les lits de bronzage et les lampes solaires sont également des sources de rayons UV.

Bien que les UV ne représentent qu'une très petite partie des rayons du soleil, ils sont la principale cause des effets néfastes du soleil sur la peau. Les rayons UV endommagent l'ADN (gènes) à l'intérieur des cellules de la peau. Les cancers de la peau peuvent commencer lorsque ces dommages affectent l'ADN des gènes qui contrôlent la croissance des cellules de la peau.

Le schéma et le moment de l'exposition aux UV peuvent jouer un rôle dans le développement des mélanomes. Par exemple, les mélanomes sur le tronc (poitrine et dos) et les jambes ont été associés à des coups de soleil fréquents (surtout pendant l'enfance). Cela pourrait également être lié au fait que ces zones ne sont pas constamment exposées aux UV. Certaines données suggèrent que les mélanomes qui commencent dans ces zones sont différents de ceux qui commencent sur le visage, le cou et les bras, où l'exposition au soleil est plus constante. Les mélanomes situés sur la paume des mains, la plante des pieds ou sous les ongles (appelés mélanomes lentigineux), ou sur les surfaces internes comme la bouche et le vagin (mélanomes muqueux), où l'exposition au soleil est faible ou nulle, sont différents de ces deux types de mélanomes.

  • Grain de beauté

Un grain de beauté (aussi appelé nævus) est une tumeur pigmentée bénigne (non cancéreuse). Les bébés ne naissent généralement pas avec des grains de beauté ; ils commencent souvent à apparaître chez les enfants et les jeunes adultes.

Avoir de nombreux grains de beauté : La plupart des grains de beauté ne causeront jamais de problèmes, mais une personne qui en a beaucoup risque davantage de développer un mélanome.

Grains de beauté atypiques (naevus dysplasiques) : Ces grains de beauté ressemblent un peu aux grains de beauté normaux, mais présentent également certaines caractéristiques du mélanome. Ils sont souvent plus gros que les autres grains de beauté et ont une forme ou une couleur anormale. Ils peuvent apparaître sur la peau qui est exposée au soleil ainsi que sur la peau qui est généralement couverte, comme sur les fesses ou le cuir chevelu.

Les naevus dysplasiques sont souvent de nature familiale. Un petit pourcentage de naevus dysplasiques peut se transformer en mélanomes. Mais la plupart des naevus dysplasiques ne deviennent jamais des cancers, et de nombreux mélanomes semblent apparaître sans naevus dysplasique préexistant.

Le syndrome du naevus dysplasique (syndrome du grain de beauté atypique) : Les personnes atteintes de cette maladie héréditaire présentent de nombreux naevus dysplasiques. Si au moins un proche parent a eu un mélanome, cette affection est appelée syndrome familial atypique des grains de beauté multiples et des mélanomes.

Les personnes atteintes de cette maladie ont un risque très élevé de mélanome au cours de leur vie, et doivent donc subir régulièrement des examens cutanés très approfondis par un dermatologue (un médecin spécialisé dans les problèmes de peau). Parfois, des photos du corps entier sont prises pour aider le médecin à reconnaître si les grains de beauté changent et grossissent. De nombreux médecins recommandent d'apprendre à ces patients à faire également des auto-examens mensuels de la peau.

Naevus mélanocytaires congénitaux : Les grains de beauté présents à la naissance sont appelés naevus mélanocytaires congénitaux. Le risque à vie de développer un mélanome dans les naevus mélanocytaires congénitaux est estimé entre 0 et 5%, selon la taille du naevus. Les personnes ayant des naevus congénitaux très volumineux ont un risque plus élevé, tandis que le risque est plus faible pour celles qui ont des naevus de petite taille. Par exemple, le risque de mélanome est très faible pour les naevus congénitaux plus petits que la paume de la main, alors que ceux qui couvrent de grandes parties du dos et des fesses ("naevus du tronc de bain") présentent des risques nettement plus élevés.

Les naevus congénitaux sont parfois retirés par chirurgie afin d'éviter qu'ils ne deviennent cancéreux. L'avis des médecins sur l'ablation d'un naevus congénital dépend de plusieurs facteurs, notamment de sa taille, de son emplacement et de sa couleur. De nombreux médecins recommandent que les naevus congénitaux qui ne sont pas retirés soient examinés régulièrement par un dermatologue et que le patient apprenne à faire des auto-examens mensuels de la peau.

  • Peau claire, taches de rousseur et cheveux clairs

Le risque de mélanome est beaucoup plus élevé pour les européens que pour les Afro-Américains. Les européens aux cheveux roux ou blonds, aux yeux bleus ou verts, ou à la peau claire qui fait des taches de rousseur ou qui brûle facilement sont plus exposés.

  • Antécédents familiaux de mélanome

Votre risque de mélanome est plus élevé si un ou plusieurs de vos parents au premier degré (parents, frères, sœurs ou enfants) ont eu un mélanome. Environ 10 % des personnes atteintes de mélanome ont des antécédents familiaux de la maladie.

Le risque accru peut être dû à un mode de vie familial commun, avec une exposition fréquente au soleil, à une tendance familiale à avoir la peau claire, à certaines modifications génétiques (mutations) qui se produisent dans une famille, ou à une combinaison de ces facteurs.

La plupart des experts ne recommandent pas aux personnes ayant des antécédents familiaux de mélanome de se soumettre à des tests génétiques pour rechercher les mutations susceptibles d'accroître le risque, car on ne sait pas encore si cela est utile. Les experts recommandent plutôt de procéder comme suit :

  • faire régulièrement examiner la peau par un dermatologue
  • Examiner minutieusement leur propre peau une fois par mois
  • Faites particulièrement attention à la protection solaire et évitez les rayons UV artificiels (comme ceux des lits de bronzage)

  • Antécédents personnels de mélanome ou d'autres cancers de la peau
Une personne qui a déjà eu un mélanome a un risque plus élevé de le retrouver. Les personnes qui ont eu un cancer de la peau à cellules basales ou squameuses ont également un risque accru d'avoir un mélanome.

  • Avoir un système immunitaire affaibli
Le système immunitaire d'une personne aide à combattre les cancers de la peau et d'autres organes. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli (par certaines maladies ou certains traitements médicaux) sont plus susceptibles de développer de nombreux types de cancer de la peau, dont le mélanome.

Par exemple, les personnes qui reçoivent une transplantation d'organe reçoivent généralement des médicaments qui affaiblissent leur système immunitaire pour les empêcher de rejeter le nouvel organe. Cela augmente leur risque de mélanome.

Les personnes infectées par le VIH, le virus qui cause le sida, ont souvent un système immunitaire affaibli et courent également un risque accru de mélanome.

  • Être plus âgé
Le mélanome est plus susceptible de se produire chez les personnes âgées, mais il est également présent chez les jeunes. En fait, le mélanome est l'un des cancers les plus fréquents chez les personnes de moins de 30 ans (en particulier les jeunes femmes). Les mélanomes familiaux peuvent apparaître à un âge plus précoce.

  • Être un homme
les hommes ont un taux de mélanome plus élevé que les femmes, bien que cela varie en fonction de l'âge. Avant 50 ans, le risque est plus élevé chez les femmes ; après 50 ans, le risque est plus élevé chez les hommes.

  • Xeroderma pigmentosum
Xeroderma pigmentosum (XP) est une maladie rare et héréditaire qui affecte la capacité des cellules de la peau à réparer les dommages causés à leur ADN. Les personnes atteintes de XP ont un risque élevé de développer un mélanome et d'autres cancers de la peau lorsqu'elles sont jeunes, en particulier sur les zones de leur peau exposées au soleil.